Menu
Article précédent :
Bouygues Bâtiment France Europe primée au concours de l’EGF BTP !
Article suivant :
Journées Santé & sécurité VSL : Un événement mondial malgré la crise du Covid-19
  • Imprimer

Bien connu de nos chantiers, le coffrage est un « moule » provisoire, destiné à maintenir en place un matériau de construction (par exemple le béton), le temps que celui-ci devienne autoportant.  

Lorsque la pose d’un coffrage est nécessaire, plusieurs choses sont à prendre en compte : les éléments du coffrage en lui-même (poids, stabilité, positionnement…), des matériaux (poids, pression du béton…) météorologiques (vent), et bien sûr, la sécurité, la protection et l’ergonomie du compagnon.  
 
Notre histoire commence en 2018. Alors qu’une démarche sur les manutentions manuelles se lance, (nous vous en parlions ici*), les ergonomes du groupe planchent sur un système d’identification intuitif du poids des matériaux soulevés par les compagnons.
Parmi les mesures mises en place, il est interdit, même à deux, de porter une charge au-delà de 25 kg. Or, le coffrage de plancher utilisé sur nos chantiers jusque-là pèse 32 kg. « Il fallait donc relancer une étude sur ces coffrages, car leur poids était devenu critique pour la santé-sécurité des compagnons, selon nos critères », explique Maude Demenois, ergonome à l’origine de l’étude.  

L’objectif est donné : définir le coffrage de plancher le plus ergonomique possible, pour le bien-être des compagnons. Plus précisément, les travaux d’études viseront à qualifier trois matériels de coffrage conforme aux critères ergonomiques de Bouygues Construction. Ces trois coffrages de plancher devront répondre à un ensemble de critères (sécurité, technique, ergonomie, productivité…), être communs à toutes les Unités Opérationnelles françaises de Bouygues Bâtiment France Europe, et couvrir les besoins des différents métiers (Logement, Rénovation, Ouvrages Fonctionnels) pour la production propre. Une Commission des Coffrages de Planchers, transverse et composée de représentants Prévention, Ergonomie, Méthodes, Matériel et Travaux, est mise en place pour l’occasion, et établira le choix final. 

« Nous avons étudié les coffrages de planchers existants, selon les contraintes posturales qu’ils impliquaient, leur manutention, l’effort ressenti, le nombres d’opérations effectuées, le nombre de montées et descentes de PIR (plateforme individuelle roulante), ou encore leur intuitivité… », détaille Maude Demenois. 

Dans un premier temps, une analyse a été réalisée sur dossiers. Sur les vingt coffrages disponibles sur le marché français, seuls neuf ont été pré-sélectionnés pour de vrais tests plus poussés. Les onze autres ne répondaient pas à nos exigences techniques concernant la sécurité et l’ergonomie (poids supérieur à 25 kg, ou système non conforme à nos exigences en termes de santé-sécurité). 



Pour les neuf restants, une démarche comparative a été suivie, avec une méthodologie inédite, et dans des conditions dignes de celles d’un laboratoire.  
Tout d’abord, une cellule de simulation de 20m² de plancher a été créée tout exprès, sur la base Bouygues Construction Matériel de Fontenoy.  

La cellule de simulation mise en place à la base Bouygues Construction Matériel de Fontenoy, pour que Julien Pierlet, chef d’équipe chez Bouygues Bâtiment Nord-Est, expérimente le coffrage et le décoffrage des neuf différents systèmes, dans des conditions "toutes choses égales par ailleurs".

"Cette cellule de simulation est vraiment inédite dans le BTP, nous explique Jean-Jacques Mathieu, responsable de la base technique de Fontenoy et référent Coffrage de plancher / Etaiement chez Bouygues Construction Matériel. Lors d’études plus classiques, les comparaisons sont effectuées sur chantier, où les conditions, l’environnement ou même le compagnon expérimentateur peuvent changer d’une heure à l’autre. Avec cette cellule, on a supprimé tous les biais, pour pouvoir effectuer des comparaisons « toutes choses égales par ailleurs ». Et ça, c’est vraiment innovant !" 

Puis Julien Pierlet, chef d’équipe chez Bouygues Bâtiment Nord-Est, s’est prêté de bonne grâce à l’expérimentation, en réalisant le montage et démontage des neuf coffrages de plancher, sur neuf journées. Un suivi en temps réel de son activité a été effectué, grâce à la technologie digitale CAPTIV** (neuf capteurs, positionnés sur les articulations de l’opérateur, pour une analyse fine des postures), couplée à des enregistrements vidéo, pour coder de l’activité en lien avec chaque mouvement. 

Chaque matériel a aussi été pesé pour une prise en compte du tonnage réel manutentionné, et enfin, Julien Pierlet a répondu à un questionnaire d’évaluation à chaud à la fin de chaque matinée et de chaque après-midi. 

Zoom
Julien est équipé de 8 capteurs et filmé par une caméra, grâce auxquels ses gestes et ses postures vont être analysés précisément, et l'ergonomie liée à chaque coffrage va pouvoir être mesurée.
Zoom
Après un échauffement et un briefing, Julien Pierlet s'apprête à coffrer la cellule chantier de 20m² et le couloir. 
Respectons les gestes barrières : toutes les photographies illustrant ce diaporama ont été prises avant la mise en place des mesures sanitaires Covid-19. 
Zoom
Et c'est parti, l'expérimentation commence réellement ! Julien va maintenant coffrer et décoffrer, neuf fois !
Zoom
Zoom
A la fin de chaque coffrage et décoffrage, Maude Demenois analyse le suivi postural effectué tout au long du test.

Au total, plus de 180 heures de travail ont été nécessaires à Maude Demenois pour analyser les résultats de l’étude et produire un rapport, remis à la Commission des Coffrages de Planchers.  

 « Cette commission était composée par des représentants de chaque Unité Opérationnelle (UO) françaises de Bouygues Bâtiment France Europe réalisant du coffrage-plancher en production propre », détaille Christophe Brard, directeur Expertise Prévention chez Bouygues Bâtiment France Europe et pilote de la commission. « En complément de l’étude ergonomique remise par Maude Demenois, chaque représentant a présenté les coffrages dans son UO et les a fait expérimenter sur des chantiers. Les retours des opérationnels (compagnons et maîtrise) ont été compilés avec l’étude, dont les résultats sont venus corroborer le choix des opérationnels. L’ergonomie a été un facteur décisif dans le choix final ». 

Le 8 juillet 2020, la commission valide trois systèmes de coffrages de plancher retenus par les UOs. Mission accomplie ! 

Les coffrages de plancher sont un des équipements que l’on retrouve le plus sur nos chantiers, et les manutentions manuelles sont l’un des risques les plus grands, commun à tous les métiers du groupe. C’est donc une grande avancée pour le plan d'action Ergonomie de Bouygues Construction : la prise en compte des critères ergonomiques dans choix des équipements, et leur standardisation. D’autre part, l’entreprise a investi beaucoup de temps dans cette étude, et elle est prête à recommencer sur d’autres matériels, pour améliorer encore la santé-sécurité des collaborateurs. C’est un signal fort.

Philippe Fornage Directeur Santé-Sécurité de Bouygues Construction

Au-delà du plan d'action Ergonomie, piloté par chacune des entités de Bouygues Construction, cette étude sert aussi à alimenter la cartographie de nos postes de travail avec des facteurs « ergonomie ». On pourra désormais connaître bien plus précisément le pourcentage de postures contraignantes auxquelles sont soumis les coffreurs par exemple, et mesurer l’efficacité de nos actions sur le terrain, pour mieux les réduire.  
Et cette data affinée est précieuse : elle permettra de mieux se rendre compte des actions à prioriser sur les chantiers, de mieux objectiver nos KPI (« avant / après »), en bref, de mieux piloter la santé-sécurité sur nos chantiers, pour mener ensuite des actions mieux ciblées en partenariat avec la R&D de Bouygues Construction, nos fournisseurs… 

Une étude qui casse les clichés sur l’ergonomie
« L’ergonomie ça coûte cher, ça prend du temps, et c’est réservé aux ergonomes ». Trois grands clichés entendus très souvent ! Et pourtant… Lors de l’étude, - réalisé en collaboration avec les opérationnels et pas uniquement entre ergonomes ! – il a été constaté que les résultats ergonomiques étaient en parfaite cohérence avec les résultats de productivité.  
« C’est loin d’être une surprise pour les ergonomes », sourit Maude Demenois. « Certes, l’étude a pris du temps au départ, mais les coffrages les plus ergonomiques choisis sont mis en place jusqu’à deux fois plus vite que les autres. Ils sont plus intuitifs, et les compagnons se fatiguent moins vite. C’est un gain de temps immense, au final. »  

Et la suite ? 
Le travail ne fait que commencer ! Les coffrages de plancher choisis sont déjà dans le commerce, c’est maintenant à Bouygues Construction Matériel de prendre la main, pour vérifier la disponibilité et la logistique à mettre en place pour livrer sur tous nos chantiers en France.  

Ces coffrages sont pour l’instant destinés uniquement à nos compagnons et intérimaires ; à terme, l’idée est que nos prestataires s’en équipe également, pour que chaque personne travaillant sur nos chantiers, faisant partie des collaborateurs Bouygues Construction ou non, soit mieux protégé.  

Enfin, si les coffrages de plancher qualifiés sont déjà très bien notés par l’étude, la Commission souhaite aller plus loin. « Un retour a été fait aux fournisseurs, afin qu’ils apportent encore quelques améliorations à leurs systèmes, pour les rendre non seulement encore plus ergonomiques, mais aussi parfaitement cohérents avec les besoins des opérationnels : type de livraisons, développement de spécificités complémentaires sur le matériel… », détaille Maude Demenois. Bouygues Construction Matériel sera chargé de vérifier, dans les prochains mois, si ces améliorations sont bien réalisées. Affaire à suivre… ! 

 

Intéressés par l’étude complète ? Contactez votre référent Coffrages de plancher ou Maude Demenois.  
 


*Depuis 2017 et la publication de l’article sur les étiquetages « poids » des matériels de chantier, certains critères ont évolués, comme par exemple le poids maximum que les compagnons sont autorisés à soulever. 

**Les capteurs CAPTIV sont fournis par la société TEA.
 

sur le même sujet :
  • Imprimer
Contact :
Accédez à tous les contenus :
Connectez-vous pour consulter l'intégralité des articles et pouvoir les commenter ou personnaliser vos filtres de lecture.
Se connecter
Lire aussi :
Articles suivants
Dossier spécial
Dossier spécial Axione pour vous aider à décrypter ce qu’est la radio
Dossier spécial
La stratégie santé-sécurité de Bouygues Travaux Publics
Dossier spécial
Campus : où nos enfants apprendront demain ?
Dossier spécial
Comment le Lean management fait son chemin sur nos chantiers
Dossier suivant :
Toutes les actualités