Menu
Article précédent :
Lemon Tri : un zeste de bouchons !
Article suivant :
De la terre fertile fabriquée sur les écocentres Brézillon
  • Imprimer

Depuis 10 mois, Bouygues Bâtiment Grand Ouest assure la métamorphose du musée Dobrée à Nantes à travers un programme ambitieux de restauration et de restructuration de l’existant pour en faire un musée du XXIème siècle. Conscient de l’enjeu environnemental et des multiples impacts sur le vivant et l’écosystème naturel, Bouygues Bâtiment Grand Ouest étudie et analyse les sites où ses équipes interviennent, en s’appuyant sur des experts afin de limiter l’empreinte écologique de ses réalisations. Pour ce faire, un écologue de Biotope a été mandaté par le Maître d’Ouvrage, Le Département de Loire-Atlantique, afin de réaliser une étude faunistique et écologique du site.

Son étude, réalisée entre février et mai 2022 a permis d’identifier :

Une présence avérée de martinets noirs nichant dans la partie haute des maçonneries de la tour du Palais Dobrée ;
- La présence potentielle d’autres espèces anthropophiles, rougequeues noirs, moineaux domestiques sansonnets, et de chauve-souris fissuricoles.

L’étude a permis de définir avec la maîtrise d’œuvre, Atelier Novembre, les actions à déployer pour protéger et accueillir ces espèces protégées, tant en phase chantier qu’en phase d’exploitation du site, selon la démarche “Eviter, réduire, compenser”.

Quatre mesures d’évitement ont ainsi été retenues :

- L’adoption d’un calendrier des travaux évitant les impacts sur les espèces au moment de leur nidification (mesures d’accélération des travaux sur la tour Ouest du Palais) ;
- Le maintien des sites de nidification possibles et leurs accès en adaptant notamment certains échafaudages ;
- Le contrôle de l’absence d’espèces protégées préalablement aux travaux ; le passage d’un ornithologue en février et mars 2022 a attesté de l’absence d’espèce d’oiseaux en phase de nidification dans les trous des façades de la tour du Palais ;
- L’arrêt de travaux d’hydrogommage sur certaines zones en cours de nidification.

Deux mesures d’accompagnement sont par ailleurs mises en œuvre :

- Le suivi du chantier et la sensibilisation à ces enjeux : un suivi de chantier est réalisé par un écologue expérimenté avec la mise en place d’un système d’alerte en cas de découverte / problématique biodiversité en phase chantier.
- Une augmentation des capacités d’accueil du Palais Dobrée et du manoir Jean V pour la faune anthropophile ; pour favoriser la présence d’espèces anthropophiles (chauve-souris fissuricole, martinet noir, moineau domestique, rougequeues noir voire mésange bleue, mésange charbonnière…),  un rebouchage des trous des boulins aujourd’hui inutiles en laissant un interstice horizontal d’une largeur variable comprise entre 15mm et 40mm est réalisé tout en laissant les traces du passé (rebouchage en creux), les interstices de faibles largeurs étant favorables aux chauves-souris et les interstices plus larges étant favorables aux espèces d’oiseaux. La création de nouveaux espaces permet ainsi aux espèces visées d’occuper plus de niches écologiques qu’actuellement.

Ainsi la démarche adoptée sur le projet de rénovation du Musée Dobrée n'apparaît pas susceptible de remettre en cause l’état de conservation local des espèces concernées et pourrait même générer à terme un gain en biodiversité.

Restauration et restructuration du Musée Dobrée à Nantes (44)
(Re)découvrir le projet : ici
  • Imprimer
Accédez à tous les contenus :
Connectez-vous pour consulter l'intégralité des articles et pouvoir les commenter ou personnaliser vos filtres de lecture.
Se connecter
Lire aussi :
Articles suivants
Dossier spécial
Dossier spécial Axione pour vous aider à décrypter ce qu’est la radio
Dossier spécial
La stratégie santé-sécurité de Bouygues Travaux Publics
Dossier spécial
Campus : où nos enfants apprendront demain ?
Dossier spécial
Comment le Lean management fait son chemin sur nos chantiers
Dossier suivant :
Toutes les actualités