Menu
Article précédent :
Les secrets de la rénovation de la Bourse de Commerce
Article suivant :
Michaël, responsable Recrutement… et photographe animalier !
  • Imprimer

Bonjour Aurélie ! Cultivant toujours ton intérêt pour le nucléaire, tu as mené ta carrière chez Bouygues Construction Expertises Nucléaires – anciennement Bouygues Construction Services Nucléaires –, d’abord en Italie, désormais en France. Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours et ce qui t’a menée vers le nucléaire ? 


J’ai intégré le Groupe en 2012, initialement en tant que cheffe de projet pour de la gestion de déchets nucléaires chez Bouygues Construction Services Nucléaires, en Italie pour la Commission Européenne. Cette expatriation de cinq ans a été une expérience très enrichissante, tant pour moi que pour ma famille qui m’a suivie. Bouygues étant en consortium avec une entreprise allemande et les équipes étant françaises, italiennes ou allemandes, j’ai évolué dans un milieu multiculturel.

De retour en Ile-de-France comme cheffe de projet en démantèlement, je suis depuis deux ans responsable commerciale du métier assainissement et démantèlement. Je m’occupe de suivre l’ensemble des démarches commerciales pour le CEA, Orano et EDF en France sur les contrats de ce métier. En lien direct avec les directions technique et exploitation, je suis beaucoup en relation avec les clients pour comprendre les perspectives de marchés, le planning des réponses aux appels d’offres et me tenir au courant du déroulement des marchés.

Dans le cadre de mes études à l’Ecole des mines d’Alès, j’ai réalisé mon stage de fin d’études dans le nucléaire. Ayant grandi vers Cherbourg, j’avais en tête de poursuivre vers le naval ou le nucléaire. Et c’est le second qui m’a le plus intéressée, en particulier le démantèlement. Ce domaine couvre beaucoup d’expertises techniques tout en restant généraliste. Je trouve également que cela a du sens pour notre futur : savoir qu’il est possible de déconstruire les installations nucléaires et réduire la quantité de déchets induits est un vrai enjeu pour les choix énergétiques de demain. 


Déterminée à toujours progresser, tu as mené différents projets avec des équipes variées. Quelles difficultés as-tu rencontrées durant ton parcours ? 


Avant de rejoindre le groupe Bouygues, j’étais ingénieure études et cheffe de projet chez un autre acteur du nucléaire. J’y suis restée huit ans. J’ai pris la décision de partir lorsqu’à mon retour de congé de maternité, le poste que je visais était occupé par un autre. J’ai alors voulu évoluer avec de nouvelles personnes, dans un nouveau cadre. J’ai ainsi saisi l’opportunité de travailler en Italie avec Bouygues Construction Services Nucléaires. Le projet était très intéressant, je savais que je pourrais m’y épanouir.

Mon expérience en Italie a amené son lot de défis, notamment en intégrant un milieu plus sexiste*, hostile à voir une femme cheffe de projet. Après quatre ans de mission réussie, mon congé maternité a été l’opportunité pour le client de demander mon remplacement. De retour en France, j’ai retrouvé un poste stimulant au sein du Groupe, à travers lequel j’ai continué à progresser, auprès des bonnes personnes. 

Car c’est aussi ça, une carrière : des belles rencontres, des rencontres qui font la différence. Je pense notamment à l’ancien Directeur Général de Bouygues Construction Services Nucléaires, qui m’a embauchée pour le poste en Italie. D’autres figures ont été très importantes, comme Marc André Douaud, mon manager actuel, qui apprécie mon autonomie et qui partage ses conseils. 

J’ai également participé au programme de mentorat de Bouygues Travaux Publics il y a deux ans. Echanger avec Claude Gaudin, qui connaît bien le nucléaire et l’entreprise, a été très enrichissant, notamment en période de réorganisation. 

Partager les connaissances tient tout autant à cœur à Philippe Amequin, qui a également toujours été très présent pour Bouygues Construction Expertises Nucléaires, par exemple sur le projet de la Hague. Et désormais, c’est à moi d’être un repère pour mes collègues ! J’ai d’ailleurs eu le plaisir d’être la mentore d’une collaboratrice de la filière technique chez Bouygues Travaux Publics.

Au-delà de ces rencontres qui ont ponctué ma carrière, j’ai eu la chance de pouvoir compter sur des équipes formidables, notamment en Italie. Leur soutien indéfectible alors que j’avais des problèmes de santé a été très précieux. C’est dans ces moments-là qu’on voit que les valeurs d’une entreprise sont incarnées par ses collègues. De retour en France, j’ai retrouvé d’autres piliers sur qui m’appuyer et à qui me confier. Je pense à mon équipe et mes collègues des agences de Bouygues Construction Expertises Nucléaires comme Lyon, La Hague, Marcoule.

 

C'est quoi le sexisme ?
Le sexisme, c’est l’idée que les femmes sont inférieures aux hommes. Cette attitude discriminatoire prend la forme de préjugés, de représentations réductrices et généralisantes ou encore de clichés. Ses manifestations sont diverses : les « blagues », les remarques, les discriminations, les violences physiques qui vont parfois jusqu’aux féminicides. Ces actes et ces comportements marginalisent, infériorisent, discriminent ou excluent les femmes.

Comment réagiriez-vous face au sexisme au travail ? Faites le test de Bouygues Construction.

Dans le Groupe depuis une dizaine d’années, tu es témoin de l’évolution de l’entreprise en matière de mixité. Selon toi, où se situe Bouygues Travaux Publics ? 


Les choses évoluent beaucoup en ce moment. Toutes les démarches menées par l’entreprise en faveur de sa féminisation sont nécessaires car nous sommes toujours trop peu nombreuses. Par exemple, dans les métiers techniques de Bouygues Construction Expertises Nucléaires, on peut presque se compter sur les doigts de la main.

L’une des clefs du progrès est bien sûr le mentorat, que Bouygues Travaux Publics a déjà mis en place. Cette mise en communication de jeunes femmes avec des collaboratrices plus expérimentées permet d’entrevoir et de viser de nouveaux postes. Il est également capital d’avoir et de voir des femmes aux postes hauts gradés dans son entreprise. Les femmes s’identifient et évoluent positivement. En parallèle, les hommes doivent voir et comprendre qu’une femme peut être leur cheffe… que les deux sens sont possibles. C’est comme ça que l’entreprise fera évoluer aussi bien des hommes que des femmes.

Qui dit faire évoluer des femmes dit en recruter. Et le recrutement est selon moi un autre enjeu de Bouygues Travaux Publics. La Direction des ressources humaines travaille déjà beaucoup en faveur du recrutement féminin, de l’alternance à l’encadrement. Saluons également les collaboratrices qui font la promotion de notre entreprise : elles aident les étudiantes à voir au-delà des métiers et entreprises dits féminins.

Bien sûr, si on vise seulement des écoles de travaux publics, on aura plus de candidats que de candidates car ces domaines d’études souffrent eux aussi d’un manque de représentation féminine. C’est pour cela que s’ouvrir par exemple aux écoles de chimie, d’environnement, permettrait de recruter davantage de collaboratrices. En favorisant ensuite la mobilité interne et la transversalité entre certains métiers, on compterait alors plus de femmes, notamment à des postes hauts placés.

Conseil carrière
Restez vous-même ! Exploitez vos forces qui vous sont propres et ne vous calquez pas sur le comportement des autres. La différence, c’est ce qui permet de réfléchir autrement et d’aller vers des idées nouvelles.
sur le même sujet :
  • Imprimer
Accédez à tous les contenus :
Connectez-vous pour consulter l'intégralité des articles et pouvoir les commenter ou personnaliser vos filtres de lecture.
Se connecter
Lire aussi :
Articles suivants
Dossier spécial
Le triplé du Grand Paris Express, 100 millions d'euros à réaliser par IEP !
Dossier spécial
Dossier spécial Axione pour vous aider à décrypter ce qu’est la radio
Dossier spécial
La stratégie santé-sécurité de Bouygues Travaux Publics
Dossier spécial
Campus : où nos enfants apprendront demain ?
Dossier spécial
Comment le Lean management fait son chemin sur nos chantiers
Dossier suivant :
Toutes les actualités