Dossier spécial
Dossier spécial Axione pour vous aider à décrypter ce qu’est la radio

La radio est au cœur de nos activités chez Axione, c’est pourquoi nous vous proposons d'approfondir vos connaissances à travers un dossier spécial pour devenir incollable sur cette technologie et sur la 5G.

  • Imprimer
Introduction

L’origine de la radio dans les télécommunications
 

La radio tient une place particulière dans les télécommunications. Utilisée initialement pour les services de communications à longue distance et de diffusion, peu de temps après la première transmission radio de l'italien Guglielmo Marconi en 1895, elle s'est progressivement étendue à tous les domaines des télécommunications, jusqu'à la téléphonie mobile d’aujourd’hui. *[1]
La radio désigne l’ensemble du réseau d’antennes relais à même de capter et de transmettre un signal qui vous permet de téléphoner, surfer sur le web ou échanger des fichiers depuis votre smartphone. On parle également de réseaux mobiles.
Ce sont ces antennes qui forment principalement le réseau radio et transportent les communications 3G, 4G et bientôt 5G.

La radio, une technologie qui fait parfois polémique
 

Vous vous êtes probablement déjà retrouvé dans un dîner entre amis et lorsque vous évoquiez votre métier chez Axione, dans les télécommunications, très spontanément le sujet de la 5G intervient entre le plat et le dessert. Dans le premier cas, vous n’avez-vous-même pas un véritable avis sur le sujet. Dans le second, vous avancez des éléments factuels mais cela appelle alors un effort de pédagogie pour bien expliquer les choses à une population inquiète ou interrogative.

En effet, la controverse sur la téléphonie mobile fait assurément partie des sujets prégnants lorsqu’on interroge les populations sur les risques technologiques ou sur le degré de confiance accordé aux pouvoirs publics, aux experts et aux autorités sanitaires.

Pourtant, malgré plus de dix ans d'articles scientifiques*[1] et de rapports pour les radiofréquences et plus d'un demi-siècle pour les champs électromagnétiques, la voix d'associations ou de simples citoyens se fait entendre de plus en plus fortement, pour dénoncer un risque redouté, voire ressenti, mais qui n’est pas établi.

Pourtant, malgré plus de dix ans d'articles scientifiques et de rapports pour les radiofréquences et plus d'un demi-siècle pour les champs électromagnétiques, la voix d'associations ou de simples citoyens se fait entendre de plus en plus fortement, pour dénoncer un risque redouté, voire ressenti, mais qui n’est pas établi. La problématique sanitaire est régulièrement mise en avant et de nombreuses données scientifiques existent.

À nous de savoir écouter les uns et les autres, à nous de communiquer la sérénité de celui qui sait, plutôt que le doute. C’est en ce sens que ce document a été réalisé afin de vous apporter des données objectives et scientifiques afin que vous puissiez échanger en toute transparence avec plus d’expertise.

Les connaissances accumulées ces trente dernières années relativement aux effets sur le vivant des radiofréquences sont considérables. La base de données EMF Portal80, dédiée aux effets des radiofréquences, comporte plus de 28 000 études publiées en anglais ou en allemand dans des revues à comité de lecture, dont 4 600 ont trait spécifiquement à la téléphonie mobile. La production est même croissante : 1 000 articles recensés annuellement au début des années 2010 et plus de 2 000 en 2019.

3 missions principales chez Axione liées au réseau radio
Rôle d'Axione
Zoom
Déploiement de sites neufs
Après une phase d’étude et de conception, Axione négocie directement avec les parties prenantes afin de déployer de nouvelles antennes et ainsi connecter les habitants et les entreprises aux réseaux de communications modernes.
Zoom
Evolution des sites déjà existants
Nos équipes assurent la mise en place des améliorations techniques demandées par nos clients mais également la mise à niveau des technologies nécessaires aux déploiements de nouveaux réseaux tels que la 5G afin de toujours être au plus près des attentes des utilisateurs.
Zoom
Entretien et maintenance du réseau
Elle s’effectue par le biais d’une maintenance préventive, en effectuant des contrôles annuels de nos installations. Mais également curative, lorsqu’un client nous demande d’effectuer une opération afin de rétablir la qualité du service.
3 missions principales en matière d'aménagement d'infrastructures radio.
Découvrez notre rôle en tant qu’aménageur numérique des territoires au service de différents acteurs.
Les ondes électromagnétiques

1 - Qu’est-ce qu’une onde électromagnétique ?

Une onde est une perturbation qui se propage. Celle-ci transporte de l’énergie, mais pas de matière.

Pour l’imager, si l’on prend l’exemple d’un caillou jeté dans l’eau, celui-ci va créer une perturbation, qui en absorbant une partie de l’énergie du caillou, la propage alentour.
La hauteur, la distance et la durée des vagues dépend de l’énergie initialement transmise, en d’autres termes, de la masse du caillou et de la force avec laquelle on l’a jeté.

Ces « ondulations » à la surface de l’eau constituent la façon la plus simple et directe de « voir » les ondes. Mais il existe bien d’autres formes d’ondes, qui suivent le même principe tout en étant invisibles à l’œil nu.
Une onde électromagnétique est une catégorie d’ondes qui peut se déplacer dans un milieu de propagation comme le vide ou l’air, avec une vitesse avoisinante celle de la lumière, soit près de 300 000 kilomètres par seconde. Ces ondes sont par exemple produites par des charges électriques en mouvement.

Concrètement, les ondes électromagnétiques servent à faire fonctionner les smartphones, les postes de radio, ou encore sont utilisées pour faire des radiographies du corps humain. 

Le terme « radiofréquence » (souvent abrégé en RF) représente une fréquence d'onde électromagnétique. Cela inclut les fréquences utilisées par différents moyens de radiocommunication, notamment la téléphonie mobile, le Wi-Fi, ainsi que des signaux destinés à d'autres usages comme les radars ou les fours à micro-ondes. Les ondes utilisant de telles fréquences sont les ondes radio.

2 - La valeur limite des ondes
 
La réglementation française impose un niveau global maximum d’exposition du public aux champs électromagnétiques. Depuis 1998, des valeurs limites d’exposition ont été définies par l’Union européenne et par la Commission internationale de protection contre les radiations non ionisantes.
Prenons l’exemple d’une station de base de téléphonie mobile, l’ensemble du corps est exposé. Le paramètre de mesure est le niveau du champ électrique.
 

Les valeurs limites d’exposition des ondes selon les différents types d’appareils électroniques
 

De plus, un autre indicateur est utilisé pour mesurer le débit avec lequel l’énergie produite par des appareils connectés tels que des téléphones mobiles est absorbée par le corps humain. Il s’agit du Débit d’absorption spécifique (DAS). Le DAS est mesuré sur l’ensemble du corps ou sur une partie et s’exprime en watts par kilogramme (W/kg). Dans le cas d’une exposition de la tête, comme c’est le cas avec un mobile à l’oreille, le DAS est limité à 2 W/kg.

Depuis le 1er juillet 2020, l'affichage du DAS est devenu obligatoire pour les appareils électroniques susceptibles d'être utilisés à proximité du corps (montres connectées à carte SIM, talkie-walkie, écouteurs Bluetooth par exemple).

Valeurs limites d'exposition en vigueur (en volts par mètre, V/m)

3 - Mode de propagation d’une onde électromagnétique

« Le danger que l’on pressent, mais que l’on ne voit pas, est celui qui trouble le plus » – Jules César
 

Par nature, l’homme a peur de ce qu’il ne connait pas, sa crainte n’en est que plus exacerbée quand l’élément est invisible. Il en est de même concernant l’appréhension de l’homme aux ondes électromagnétiques émises par les relais de radiotéléphonie.
De ce fait, est-il plus simple d’expliquer leur mode de propagation par une métaphore, le phare représentant le pylône (ou de manière générale le support des antennes) et les lampes, nos antennes.

Il est ainsi plus aisé de comprendre qu’étant au pied du phare (à plus forte raison dans le phare), l’homme n’est pas impacté par les faisceaux lumineux diffusés dans l’environnement alentour. Nos relais radio ayant la même vocation, cela revient au même : apporter une couverture radio autour du support.

Compte-tenu de la façon dont se propagent les ondes radio (en ligne directe), les antennes sont généralement installées en hauteur, par exemple sur le toit des immeubles ou au sommet de pylônes. Leur faisceau se déploie donc comme celui d’un phare éclairant la mer, n’atteignant le sol qu’à une distance de 50 à 200 mètres de l’antenne selon la hauteur de celle-ci.

Le schéma permet de s’intéresser à la particularité des ondes électromagnétiques. Force est de constater l’existence d’une forte atténuation de l’intensité des ondes en fonction de la distance de l’antenne-relais.
En effet, contrairement à une idée reçue, ce n'est pas au plus près d'une antenne-relais de téléphonie mobile que l'on est le plus exposé aux ondes de radiofréquence qu'elle émet. Dans l’air, la puissance d’un signal radio diminue fortement en fonction de la distance et, à puissance égale, plus on utilise une fréquence haute, moins on porte loin.

Comme un phare, une antenne a un rayon d'émission oblique, selon un angle qui est toujours le même. En zone urbaine, les antennes sont plus basses et "arrosent" dans un rayon d'environ 300 mètres ; en zone périurbaine, elles sont plus hautes et le rayon touche le sol plus loin, à 1 000 mètres.

Intensité des ondes électromagnétiques couverte par une antenne radio en fonction de la distance
 

4 - La possibilité de réaliser des mesures de champs électromagnétiques

Une personne peut demander une mesure d’exposition aux champs électromagnétiques pour des locaux d’habitation, mais aussi des lieux publics tels que les établissements scolaires. Cette demande est gratuite et doit être effectuée à l’aide d’un formulaire, disponible avec sa notice explicative sur le site des services publics : https://www.service-public.fr/. Cette demande doit être transmise à l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) exclusivement par le biais d’organismes habilités : collectivités, préfectures, associations agréées.
 
La mesure de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques est effectuée selon un protocole rigoureux. Il est mis au point par des ingénieurs et des techniciens de l’ANFR et par consultation publique des parties prenantes.

Mise en service du premier site radio New Deal dans le département du Var
 

Les effets des ondes électromagnétiques sur la santé

Les effets des radiofréquences sur la santé humaine font l’objet de nombreuses controverses depuis plusieurs années. Le constat partagé par les scientifiques est qu’une exposition aigüe de forte intensité aux champs électromagnétiques peut provoquer des effets thermiques sur l’organisme avec une hausse locale de la température du corps.

1 - Les ondes électromagnétiques peuvent avoir des effets cancérigènes selon les organismes de santé

En mai 2011, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), a classé les ondes radiofréquences diffusées par les terminaux mobiles comme étant possiblement "cancérogènes" pour l’homme.
En effet, le classement des ondes radiofréquences comme étant potentiellement cancérogènes ne fait pas référence aux relais de radiotéléphonie mais bien aux ondes émises par le téléphone.

Les experts de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et du CIRC se sont notamment basés sur des études qui montraient un risque accru de gliome (un certain type de tumeur maligne du cerveau) en lien avec l'utilisation de téléphones sans fil (mobiles et de maison) pour des durées d'utilisation cumulées supérieure à une demi‐heure par jour pendant plus de dix ans.
 
Face à cette incertitude, la loi a donc mis en place plusieurs politiques d’information ou de restriction, comme par exemple la loi du 12 juillet 2010 qui a rendu la publicité promouvant l’utilisation ou l’usage d’un téléphone mobile interdite à destination des enfants de moins de 14 ans tout en obligeant les vendeurs à fournir un kit main libre afin de limiter l’exposition aux ondes chez les jeunes enfants notamment.

C’est également face à cette incertitude que l’OMS préconise un usage privilégié du téléphone dans des conditions optimales de réception des mobiles (au moins 3 barrettes sur l’écran du téléphone). En effet, plus le niveau en réception est faible, plus le mobile augmente sa puissance d’émission pour atteindre une antenne présumée éloignée.
En conclusion, des risques potentiels sur la santé et liés à l’utilisation des téléphones portables dus aux ondes diffusées ont été mis en évidence. Cependant, le déploiement d’un réseau de qualité (impliquant la mise en place de relais de radiotéléphonie (tels que des pylônes ou antennes-relais) reste la meilleure réponse. En effet, plus le réseau est efficient, moins la puissance émise par le téléphone sera élevée.

2 - L’électrohypersensibilité (EHS) due aux ondes électromagnétiques

L’un des impacts de la pollution « électromagnétique » sur la santé est appelé l’électrohypersensibilité (EHS). Entre 2 et 8 % de la population se disent « sensibles à la pollution électromagnétique. Cette pathologie est classée depuis 2004 par l’OMS dans la famille des Intolérances environnementales idiopathiques (IEI), sans explication ni cause connue. En France, l’Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale (ANSSAN) a rendu en 2017 un avis dans lequel elle conclut à l’absence de preuve solide permettant d’établir un lien de causalité entre l’exposition aux champs électromagnétiques et les symptômes décrits par les personnes se déclarant électro-hypersensibles.

3 – Des principes de précautions mis en place par le Gouvernement afin de réduire les risques d’effets sur la santé  
Dans un rapport publié par le Gouvernement et intitulé « Les téléphones mobiles, leurs stations de base et la santé », les experts, bien que ne retenant pas l’hypothèse d’un risque pour la santé des populations vivant à proximité des stations de base, recommandent que certains bâtiments, considérés comme sensibles et situés à moins de 100 mètres d’une station de base, ne soient pas atteints directement par le faisceau de l’antenne. Cette recommandation a pour principal objectif « d’essayer d’atténuer certaines appréhensions du public qui demeurent à ce jour sans fondement sanitaire. »

Cette recommandation ne concerne que des sites en plein air (écoles, hôpitaux et crèches) dans lesquels des enfants ou des patients, considérés comme étant plus sensibles, pourraient passer plusieurs heures par jour. Cela ne s’applique donc pas aux locaux fermés, dans la mesure où le champ est très fortement atténué par la structure du bâtiment ni dans un bâtiment situé au-dessous de l’antenne puisqu’il reste en dehors du faisceau. Il n’est donc pas atteint, ou de manière très marginale, par le rayonnement de l’antenne.

Sites 5G autorisés par l'Agence Nationale des Fréquences (ANFR) au 27/11/2020
Source : www.igen.fr

LE SAVIEZ-VOUS ?
 

Axione garantit la sécurité des collaborateurs sur les chantiers radio grâce à des appareil contrôlant les niveaux de champs électromagnétiques.

Les équipes d’Axione utilisent un appareil appelé « dosimètre » qui permet de mesurer les niveaux de champs électromagnétiques auxquels sont exposés une personne qui intervient sur un site radio (pylône, toit-terrasse). Un dosimètre est un instrument de mesure destiné à mesurer la dose radioactive ou l'équivalent de dose reçus par une personne exposée aux ondes.

L’appareil signale automatiquement l’individu concerné lorsque le niveau de champs est trop élevé. Les collaborateurs exerçant leurs activités sur ces sites ont ainsi la possibilité de porter le dosimètre dans la poche d’une combinaison spécifique pour limiter le champ électromagnétique.

Cet appareil permet aux collaborateurs de s’assurer que l’antenne est coupée ou qu’il n’y a pas de danger sur l’exposition.

Exemple d’un dosimètre utilisé par les équipes d’Axione

Les effets des ondes électromagnétiques sur l’environnement
 
1 – Une prise de conscience collective et des initiatives déployées par l’Etat et les opérateurs
 
Le développement du réseau de téléphonie mobile a conduit à multiplier les équipements générant un impact sur l'environnement. Les opérations d'enfouissement des réseaux numériques réalisées pour la fibre optique (dans les fourreaux le long des trottoirs par exemple) ne peuvent pas être assurées dans le cas de la radiotéléphonie mobile. En effet, les équipements radio requièrent un support vertical situé sur un point haut afin de permettre aux antennes la diffusion des ondes. La difficulté d'insertion d'un relais dans l'environnement réside dans la nécessité de concilier pour chaque projet, diverses données d'ordre technique, réglementaire et paysager.

La pollution électromagnétique peut provenir tant de l'extérieur que de l'intérieur du bâtiment. Les sources importantes à l’extérieur sont par exemple les lignes à haute tension, les antennes de télécommunication, les radars. A l'intérieur, les sources de pollution se trouvent surtout dans les appareils électriques (TV, ordinateur, micro-ondes, plaques de cuisson à induction), au niveau des circuits et prises électriques, ainsi que dans les technologies de communication sans fil (Wifi, téléphonie mobile). Par exemple, un smartphone est composé de plus de 70 matériaux différents, dont des métaux rares. Il consommerait à lui seul, près de 10% de la production mondiale de cobalt.

Le 12 juillet 1999, l'Etat et les opérateurs mobiles se sont engagés à travers la signature d’une charte nationale de recommandations environnementales à orienter les choix d'implantation et de conception de leurs équipements dans le respect des contraintes environnementales liées à la qualité et à la fragilité des milieux naturels. Les services de l'Etat se sont engagés à fournir un guide méthodologique pour une meilleure insertion des équipements de radiotéléphonie dans le paysage.

2 – Les matériaux utilisés pour concevoir les équipements pollueraient davantage que les ondes diffusées

Selon l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), ce serait davantage la fabrication des équipements télécoms avec les matières premières utilisées provenant de ressources non-renouvelables (pétrole, zinc...) qui serait le plus néfaste à l'environnement.

Ces éléments sont extraits, pour la plupart de mines et polluent les sols et les eaux car ils ne sont généralement pas ou peu recyclables. Ce concentré de technologie est très énergivore et gourmand en matériaux rares ou toxiques.

La répartition du poids des matériaux dans la constitution d'un smartphone
Source : Oeko-Institution, EcoInfo et Sénat
Les bénéfices de la radio pour les usagers

Les infrastructures radio déployées permettent de répondre aux besoins de connectivité croissant des utilisateurs

Le rapport Hootsuite et We Are Social Digital 2021 a montré que plus de 117 millions de personnes ont commencé à utiliser des téléphones mobiles au cours de la dernière année, le nombre total d'utilisateurs ayant augmenté de 2,3 % au cours de cette période. Les chiffres sont encore plus élevés si l'on considère le nombre total de connexions cellulaires. Entre juillet 2020 et juillet 2021, environ 670 millions de personnes ont commencé à utiliser une sorte de connexion cellulaire, y compris l'IoT, le nombre total atteignant 10,4 milliards dans le monde.

L'Europe compte de loin le plus grand nombre de citoyens utilisant des téléphones portables. L'année dernière, 86 % des Européens possédaient un téléphone portable. D'ici 2025, le taux de pénétration sur le marché européen devrait atteindre 87 %.

Les données Hootsuite ont confirmé que la majorité des gens utilisent des smartphones pour accéder aux réseaux mobiles et à l'Internet mobile. En juillet, les smartphones représentaient 6,4 milliards ou 79 % de toutes les connexions mobiles dans le monde.

Grutage d’un pylône réalisé par les équipes d’Axione à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle
87 %
Taux de pénétration marché européen
6,4 milliards
Nombre de smartphones dans le monde

La croissance impressionnante du nombre d'utilisateurs de smartphones a été suivie d'une augmentation du trafic de données mobiles.
  • une amélioration sensible des débits dans le sens montant (téléphone vers antenne)
  • une amélioration des débits dans le sens descendant (antenne vers téléphone)
  • une diminution de la puissance d’émission du téléphone portable, ce qui diminue l’exposition des usagers aux ondes émises par le mobile tout en améliorant l’autonomie du terminal 

Héliportage avec intégration paysagère d’un pylône en forme de croix en Haute-Corse
Qu'est-ce que la 5G ?

La 5G est la cinquième génération de standards pour la téléphonie mobile. Elle se caractérise par son débit, sa faible latence et sa capacité à connecter un grand nombre d'objets. Elle a été développée pour éviter la saturation des réseaux annoncée en 2022. Elle permet aussi de créer des interfaces de services spécialisées pour l'industrie.

La 5G est une technologie évolutive. Elle est toujours en cours de définition et de normalisation au niveau international. Les fonctionnalités de la 5G seront introduites progressivement et certains gains de performance apparaîtront dans quelques années.

Les ondes 5G sont mesurées en millimètres (mmWave), elles sont plus petites que les longueurs d’onde en mètres ou kilomètres utilisés classiquement pour les ondes radio.

La différence majeure affichée entre la 5G et les réseaux mobiles de générations précédentes est la quantité beaucoup plus importante de données qui devrait pouvoir être échangée sans engorgement des réseaux.

2 – Déploiement de la 5G en France

Le 13 décembre 2013, la Commission européenne lance un partenariat public-privé sur la 5G. D'ici à 2020, l'Union européenne investira 700 millions d'euros dans ce partenariat.
La 5G a été déployée à Paris le 19 mars 2021 par les quatre opérateurs français. Son arrivée dans la capitale a été tardive, en comparaison aux premières villes équipées dès décembre 2020, mais Paris est aujourd'hui la ville la plus couverte, avec 438 antennes 5G en juin 2021.

3 – Les bénéfices usagers

Le déploiement de la 5G a pour objectif de devenir un véritable "facilitateur" de la numérisation de la société, en assurant le développement de nouveaux usages : réalité virtuelle, véhicule autonome et connecté, ville intelligente (contrôle du trafic routier, optimisation énergétique), industrie du futur (pilotage à distance des outils industriels, connectivité des machines), la gestion d'un grand nombre important d'objets connectés. En effet, la faible consommation électrique permettra aux objets connectés de fonctionner pendant des mois ou des années sans assistance humaine.
 

Source : Gauthier Roussilhe, auteur du rapport « La controverse 5G »
 

4 – Des effets sur la santé

L’exposition aux champs électromagnétiques qui résulte du déploiement de la 5G en France (dans la bande de fréquences autour de 3,5 GHz) n’est aujourd’hui pas suffisamment représentative pour identifier des effets concrets pouvant impacter la santé.

Cependant, l’ANSES a réalisé des investigations pour identifier si l’exposition à différentes fréquences de rayonnements électromagnétiques provoque l’apparition d’effets biologiques différents ou en module l’intensité.

L’Agence considère comme peu probable que le déploiement de la 5G constitue à l’heure actuelle de nouveaux risques pour la santé. Une consultation publique sur les « Expositions aux champs électromagnétiques liées au déploiement de la technologie de communication « 5G » et effets sanitaires éventuels associés » a eu lieu du 20 avril au 1er juin 2021 inclus. De nouveaux résultats suite à cette consultation verront le jour prochainement.

Bénéfices de la 5G
Source : ARCEP

5- Des effets sur l’environnement

Comme pour la 4G à l’époque, les smartphones et autres terminaux ne sont pas compatibles avec la nouvelle génération des infrastructures de télécommunication. Il faudra envisager un renouvellement massif de la part des usagers vers de nouveaux terminaux dont le coût environnemental lors de leur production est très important.

En effet, un smartphone est composé de plus de 70 matériaux différents, dont des métaux rares. Il consommerait à lui seul, près de 10% de la production mondiale de cobalt (considéré comme un matériau stratégique pour l'industrie), mais également des plastiques qui comprennent souvent des mélanges de produits chimiques pour la carte électronique, les accessoires comme le chargeur et le film de protection, du verre, notamment pour l'écran qui est constitué en réalité de plusieurs couches, des métaux comme le cuivre, l'aluminium, par exemple.
 

Répartition du poids des matériaux intégrés dans la composition d'un smartphone
Source : Oeko-Institut, EcoInfo et Sénat

6 – Des risques relatifs à la sécurité
 

Les risques envisagés par les experts au sujet de la 5G sont également relatifs aux attaques et aux cybermenaces. L’extrême complexité de son infrastructure et la forte virtualisation qu’elle va engendrer peuvent faciliter le piratage. Selon des chercheurs, il existerait onze vulnérabilités exploitables sur le réseau 5G : de l’obtention de la localisation d’un appareil à l’envoi de faux messages d’alerte.

L’explosion des objets connectés (12 milliards en 2022 contre 9 milliards en 2017 selon Cisco et des connexions mobiles (422 millions en 2022) seront un point sensible.
 

Conclusion

Les ondes électromagnétiques font aujourd’hui parties intégrantes de notre quotidien puisqu’elles sont diffusées aussi bien en intérieur, par le biais de nos appareils domestiques qu’à l’extérieur, par les points hauts (antennes-relais, pylônes). La distance de propagation influe sur le taux d’exposition auxquels nous sommes confrontés.

Les institutions gouvernementales et les organisations œuvrant pour limiter les risques sanitaires ont conscience des effets que provoquent les ondes sur la santé. Il est donc recommandé de réduire l’utilisation des appareils électroniques que nous utilisons tels que nos smartphones afin d’éviter tout risque de développer des maladies graves.

Des précautions individuelles sont à prendre mais des pathologies telles que l’électrohypersensibilité ne sont à ce jour, pas avérées. L’avènement de la 5G développe aussi de nouvelles controverses d’un point de vue sanitaire et politique. Il est encore trop pour les autorités de se prononcer sur des résultats fiables concernant les effets potentiels générés.

Maintenance d’un site radio sur un toit-terrasse situé en Île-de-France
  • Imprimer
Contact : Cyril PUISEUX
Directeur Production chez Axione
Accédez à tous les contenus :
Connectez-vous pour consulter l'intégralité des articles et pouvoir les commenter ou personnaliser vos filtres de lecture.
Se connecter
Dossier spécial
La stratégie santé-sécurité de Bouygues Travaux Publics
Dossier spécial
Campus : où nos enfants apprendront demain ?
Dossier spécial
Comment le Lean management fait son chemin sur nos chantiers
Dossier suivant :