Dossier spécial
Le modulaire prend son envol

SINGAPOUR. Sur le chantier de Clement Canopy, Dragages Singapore construit les plus hautes tours jamais réalisées en modulaire béton au monde et se positionne en leader sur ce marché plein de promesses.

  • Imprimer
Des défis à relever

Singapour, 9h30. Alagusundaram Palaniappan supervise l’installation d’un module en béton sur le chantier de Clement Canopy (Dragage Singapore), deux tours résidentielles qui s’élèveront à 140 mètres au-dessus du quartier étudiant de Jurong Lake, dans l’Ouest de la capitale. Le chef géomètre vérifie le bon déroulement d’une opération délicate : un module préfabriqué de 23 tonnes est soulevé jusqu’au 17e étage d’une des tours pour être placé sur le toit d’un autre. Des éléments inhabituels attirent l’attention : seuls deux hommes sont assignés au levage du module, lui-même posé en dix minutes par une équipe réduite à quatre collaborateurs. Ni bruits de camions transportant les matériaux, ni poussière générée par les activités de béton, ni déchets d'acier ou de plastique.

Pose d'un module préfabriqué au 17ème étage d'une des deux tours du chantier de Clement Canopy.

C’est que le chantier de Clement Canopy n’est pas un chantier comme les autres : il est réalisé en construction modulaire, plus exactement en PPVC – Prefabricated Prefinished Volumetric Construction, comme on l’appelle à Singapour, ou construction volumétrique préfabriquée et préfinie. Les différents blocs qui composent le bâtiment sont préfabriqués en usine, y compris la plupart des finitions intérieures et extérieures, avant d’être amenés sur le site pour y être assemblés. Une technique très prisée du gouvernement de Singapour qui, soucieux d’augmenter la productivité du secteur de la construction, exige dorénavant pour de très nombreux projets que la superstructure des bâtiments soit réalisée à 65 % en PPVC.

Du jamais vu

Le savoir-faire de Dragages Singapore en matière de construction modulaire est le fruit de l’expérience acquise avec l’extension en 2014 de l’hôtel Crowne Plaza, premier projet de ce genre à Singapour et la réalisation un an plus tard de l’établissement médicalisé Woodlands Crescent Nursing Home. Pour autant, l’érection de Clement Canopy comporte de nombreux défis. La structure porteuse en acier des modules des projets précédents a été remplacée par du béton armé, matériau apprécié des futurs propriétaires pour sa durabilité. Un matériau plus lourd qui a nécessité l’importation d’Allemagne de deux grues capables de soulever des modules pouvant peser jusqu’à 31 tonnes.

“C’est bien simple, construire une tour aussi haute, avec une telle quantité de modules en béton – 1866 au total –, aux parois d’à peine 8 centimètres d’épaisseur, est une première mondiale”, explique Allan Tan, directeur exécutif de Dragages Singapore. “Empiler des modules, les uns sur les autres, comme des Lego, pourrait sembler un jeu d’enfant, ajoute Seng Swear Wern, responsable Production du projet. Il n’en est rien. L’exercice nécessite une précision digne d’un orfèvre, d’une tolérance de deux millimètres, pour la connexion des modules. Au-delà, la stabilité de l’édifice serait mise à mal.”

Le chef géomètre Alagusundaram Palaniappan, à gauche, et Paul Joginder, directeur adjoint, sur le chantier.
C'est dit !
Lawrence Wong
ministre du Développement national et second ministre des Finances du gouvernement de Singapour
"Le gouvernement salue l’approche dynamique de Dragages Singapore, à la tête du mouvement pour augmenter la productivité du secteur de la construction."
Liam Wee Sin
directeur général délégué d’UOL Group Limited, promoteur immobilier
"Pour ce projet sans précédent, nous avons décidé de travailler avec Dragages Singapore pour son expérience dans la construction modulaire et sa capacité à collaborer avec les autorités pour faire avancer le chantier sans heurts."
Habillé de pied en cap

Vérification des mesures d’alignement des modules, de la qualité des coulées de mortier entre ces derniers, du respect des délais et des consignes de sécurité… en haut de la tour, où quatre modules sont installés chaque jour, rien n’échappe aux regards acérés de Palani et de ses collègues, acteurs d’un ballet ininterrompu, rendu possible par une stratégie méticuleuse en matière de planification et de logistique. Et cela, dès le début de la chaîne de production des modules, à une soixantaine de kilomètres de là, à Senai, en Malaisie, où ils sont fabriqués, puis dans l’usine de Tuas, à l’ouest de Singapour, où les finitions sont effectuées.

Usine de fabrication des modules du chantier de Clement Canopy, à Senai, en Malaisie.

De fait, le premier module installé ce matin – 22 mètres carrés contenant une chambre principale, une salle de bain et des toilettes – est arrivé de Tuas hier, équipé de ses fenêtres, portes, revêtements de sols et de murs, garde-robe, douche, miroir, prises électriques, interrupteurs, air conditionné, le tout plâtré, peint et testé du plancher au plafond. Autant d’activités délocalisées du chantier et sous abri, ce qui permet aux collaborateurs de Dragages Singapore de mieux contrôler l’environnement de travail. Les avantages du modulaire sont nombreux : réduction des délais de construction jusqu’à 50% et de la main d’oeuvre sur site de 30%, diminution des nuisances sonores, amélioration de la sécurité de l’environnement de travail et de la qualité du produit fini...

Usine de finition des modules du chantier de Clement Canopy à Tuas, dans l'Ouest de Singapour.

... Sans oublier, à terme, la possibilité de réutiliser les matériaux, dans une perspective d’économie circulaire, les avantages du modulaire sont nombreux. Pour Julien Esch, directeur Dragages Singapore, Vietnam, Indonésie et Malaisie chez Bouygues Bâtiment International, “cette méthode constructive innovante est une valeur ajoutée clé pour Dragages Singapore, qui se positionne dorénavant en leader sur ce marché très prometteur”. Cet article de Ludmilla Intravaia a initialement été publié dans le Minorange #90. Retrouvez tous les numéros du Minorange sur BYLINK. https://bylink.bouygues.com/communication/publications/groupe-bouygues/publications-internes/le-minorange

505
appartements, sur 40 étages
297
compagnons, sur site et hors site
93,75
en M€, le montant du contrat
  • Imprimer
Accédez à tous les contenus :
Connectez-vous pour consulter l'intégralité des articles et pouvoir les commenter ou personnaliser vos filtres de lecture.
Se connecter
Dossier spécial
Dossier spécial Axione pour vous aider à décrypter ce qu’est la radio
Dossier spécial
La stratégie santé-sécurité de Bouygues Travaux Publics
Dossier spécial
Campus : où nos enfants apprendront demain ?
Dossier spécial
Comment le Lean management fait son chemin sur nos chantiers
Dossier suivant :